Peut-on généraliser le projet du Maglev dans les transports terrestres ?

La congestion des centres villes dûe à l’automobile, l’essor du tourisme de destinations lointaines, les exigences du « développement durable »… Tout plaide pour une amélioration des transports vers une « mobilité durable ». A ce tire, le Grenelle de l’environnement vise à lutter contre, et diviser par 4 d’ici 2050, les émissions de gaz à effet de serre.  Le secteur des transports est l’une des causes majeures de ce processus. Il est également l’un des principaux consommateurs de pétrole. Aussi, il est temps d’inventer des transports innovants. C’est la raison pour laquelle, nous nous sommes demandés, si on pouvait utiliser les supraconducteurs, et, généraliser le projet du Maglev dans les transports terrestres.

Ce projet est envisageable uniquement dans le futur car il y a beaucoup de contraintes aujourd'hui :

- Il faudrait trouver un supraconducteur qui, à la fois serait supraconducteur à température ambiante, mais également peu coûteux, et, fabriqué à partir d’alliages que l’on trouverait en abondance sur terre.

- Refaire les axes de communication avec un nouveau revêtement de supraconducteurs.

- Créer de nouvelles voitures possédant des aimants très puissants : « Les rares earth magnets ». Malheureusement, ils sont aujourd’hui très chers et peu abondants.

- Donc trouver un nouvel aimant très puissant.

- Aujourd’hui, nous ne savons pas, si, être en présence d’un champ magnétique fréquemment est bon pour la santé ; mais également pour les éventuels appareils électroniques embarqués dans la voiture.

 

 

Même si ce projet semble très contraignant, il possède des avantages majeurs :

- Une émission en Co2 énormément réduite voire nulle.

- Un besoin en électricité moindre par rapport aux voitures électriques d’aujourd’hui.

- Un besoin en pétrole pratiquement nul.

- La fin de nuisances sonores.

- Des voitures et des routes plus sûres, en effet plus aucune sortie de route n’est envisageable même à de très hautes vitesses.

- Un véhicule plus autonome.

- Un meilleur confort. 

- Moins d'espaces bitumés, végétalisation des routes.

- Moins de contraintes de poids pour les ouvrages d'art.

 

En conclusion, nous pouvons dire que la supraconductivité serait un phénomène d'une extrême importance dans la révolution des énergies renouvelables. Malgré un investissement considérable, nous pourrions, à long terme, réaliser des économies énergetiques importantes, mais également une diminution des dépenses dans ce domaine.
Les supraconducteurs nous permettraient dans une dizaine d'années ou dans un futur proche de créer de nouveaux moyens de transports, comme un tube sous vide qui relierait le monde en moins de trois heures. (Cf: Reportage sur France 2)

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×